Date : 2013-12-19
Lieu :

« Les réseaux apprenants
Une démarche d’accompagnement du changement dans la relation de service » 

Organisée et animée par Thierry Raynard, Vice-Président de l’Afope et Conseil en réseaux de management à la SNCF, la réunion a été centrée sur l’expérience de cette entreprise sur « Les réseaux apprenants » comme démarche d’accompagnement du changement dans la relation de service.
Le compte rendu qui suit a été écrit par N. Blanchi-Manger et M. Bezombes (mise à jour du 22 janvier 2014).
Le changement est devenu une constante des organisations. Pour le déployer, deux méthodes sont le plus souvent appliquées : le management hiérarchique et le mode projet. Elles présentent toutefois de nombreuses limites. Les réseaux apprenants proposent une alternative à ces deux modalités. Ils consistent à faire travailler ensemble des individus de plusieurs métiers de  manière a-hiérarchique dans une logique de partage de pratiques.
Quelques chiffres à propos du changement :
• 1 personne vit en moyenne 10 changements dans sa vie contre 1 à 3 il y a 20 ans,
• Le digital va modifier 50% de nos usages quotidiens,
• 1 projet de changement sur 2 échoue,
• 66% des personnes déclarent ne pas avoir la possibilité d’échanger sur le changement.
Un livre vient d’être publié relatant des expériences, faisant le point avec la sociologie et donnant des clefs de fonctionnement.

Trois des 4 co-auteurs nous font partager leur retour d’expérience sur les réseaux apprenants.

1. Intervention de Jean-Pierre HUREAU
Jean-Pierre HUREAU a été directeur des RH des fonctions supports à la SNCF de 2006 à 2010 puis directeur délégué à la performance RH de 2011 à 2013. Il vient de créer son propre cabinet sur ces dimensions.
JP. HUREAU a rejoint la SNCF en tant que DRH des fonctions support avec pour objectif de développer la capacité des dirigeants en termes de leadership de mouvement. La volonté des dirigeants était de ne surtout pas « institutionnaliser » la démarche de réseaux apprenants, mais de la développer par diffusion, essaimage.
L’apprenance permet d’apprendre ensemble, dans l’action, depuis le plus haut niveau de management jusqu’au management opérationnel. Les dirigeants donnent leur vision du changement, le réseau apprenant traduit la vision pour s’approprier le « pourquoi » et le « comment » du changement.
Avec l’appui de certains membres du Comex SNCF, JP. HUREAU a animé une communauté de dirigeants :
• Réflexion sur comment faire, en s’appuyant sur l’expérience d’autres entreprises,
• Développement d’actions apprenantes par les dirigeants,
• Développement d’un réseau d’animateurs, support de ce type de démarches « le club des explorateurs ».

2. Intervention d’Isabelle VANDANGEON-DERUMEZ
Isabelle VANDEANGON-DERUMER est maitre de conférences et directrice l’IAE Gustave Eiffel de l’Université Paris-Est Créteil et membre du laboratoire de recherche IRG. Ses recherches concernent la transformation des organisations, la capitalisation des apprentissages et le rôle des différents acteurs au sein des processus de changement.
Depuis les années 50, la recherche s’est intéressée aux réseaux apprenants, en vue d’analyser ce qui rendait l’individu résistant au changement. Avec la puissance du collectif, on amène l’individu à partager sur le changement.
Dans les années 80, la recherche s’intéresse à une vision instrumentale du changement, à la mise en place d’une culture organisationnelle propice au changement.
Dans les années 90, la préoccupation a été managériale : comment aider les managers à mettre en place les changements dans leurs entités.
Dans les années 2000, on s’est intéressé au développement de la capacité des entreprises à se transformer en continu.
Dans le cadre de ses recherches, I. VANDANGEON-DERUMEZ a rencontré une cinquantaine de membres de réseaux apprenants. Elle a observé les points suivants :
• Une grande liberté d’échanges au sein du réseau, sans barrière hiérarchique,
• Le besoin d’un fort investissement pour faire vivre le réseau : top management qui fait partie des « comités d’influence », animateurs des réseaux,
• Le réseau est un puissant levier pour créer du sens, de l’engagement des individus, la volonté de construire ensemble ce que sera l’entreprise demain,
• La capacité à générer beaucoup d’idées nouvelles, les concrétiser et les expérimenter et montrer ainsi que l’on participe à construire et essayer de nouvelles façons de faire.

3. Intervention de Thierry RAYNARD
Thierry RAYNARD est spécialisé dans le management par l’intelligence collective depuis 10 ans dans le groupe SNCF, il accompagne des dirigeants et des managers sur la mise en place de réseaux apprenants sur des enjeux et objectifs définis par le management « apprendre ensemble dans l’action, autour d’un objet de travail, pour co-construire, en proximité, le changement avant de le conduire ».
L’organisation apprenante peut s’appuyer sur des démarches et méthodes diverses : espace de parole, groupe réflexion/action, co-développement, co-design, benchmark, learning expedition, conférence débat, avec les ingrédients suivants : fonctionnement inter-métiers, A-hiérarchie, écart de point de vue, gestion dès accord (« libérer les initiatives, pas par le grade mais par l’envie »), enjeu de performance…
Les réseaux apprenants ne sont pas compatibles pour un projet nécessitant des délais courts. Les parties prenantes d’un réseau apprenant sont les suivantes :
• Le comité d’engagement, influence et promotion,
• Les sponsors,
• Le réseau : animateurs et membres avec une zone de sensibilité, les managers des membres du réseau.
Les résultats sont probants :
• 20 réseaux, 200 dirigeants, 3 000 managers,
• Direction des achats : 118 M€ d’économies pour un objectif de 100 M€, note de satisfaction clients par dossier a été de 8/10 pour un objectif initial de 7/10.
L’exemple du réseau apprenant sur la direction des achats est particulièrement significatif. Il regroupe 125 acheteurs sur les 1 200 acheteurs de la SNCF.
Il existe depuis 5 ans et travaille sur 4 axes :
• Axe collaboratif : afin de développer d’autres modes d’échanges que celui du mail,
• Axe management : avec notamment des réflexions sur l’intergénérationnel,
• Axe marketing de la relation client
• Axe relations fournisseurs : souci de mise en conformité entre gros et petits fournisseurs (100 000 fournisseurs).
Après 5 ans d’existence,  il a pu être démontré au Comex que le réseau apprenant pouvait fonctionner en alternance avec le mode projet. Pour la facilitatrice du réseau, la charge de travail est de 30 à 35%.
Les membres du réseau sont convaincus qu’ils sont acteurs de leur changement et ne sont pas instrumentalisés. Le réseau leur apporte du développement personnel, la capacité à remettre en cause individuellement, à développer son écoute. Par contre, la capillarité avec les collaborateurs non membres du réseau ne fonctionne pas.
Tous les évènements du réseau doivent être cristallisés, fêtés : les bons et les moins bons. Il faut savoir parler de tout. Dans les méthodes d’animation, on travaille sur :
• Les faits, plus que leurs effets,
• Le visuel,
• Le cerveau droit et le cerveau gauche,
• Le chemin, plus que le produit de sortie,
• Le plaisir, la confiance.
Le réseau n’a pas d’indicateurs de production. Si les indicateurs RH s’améliorent, on peut considérer que le réseau y a contribué et que l’objectif de redonner plaisir et confiance a été atteint.
La réflexion est maintenant de savoir comment continuer à fonctionner ainsi au-delà du réseau. Pour porter les idées qui résultent du réseau, il ne faut pas se mettre en opposition avec la ligne métier.

4- échanges en ateliers

Cinq ateliers ont permis des échanges fructueux entre les particpants et les animateurs et des approfondissements sur les thèmes identifiés par Thierry Raynard :

 

  Direction des Achats animé par Brigitte, membre de la DRH de la direction des achats,

 

  TGV Est, animé par Pascal Freyermuth, Consultant interne sur le TGV Est, 

 

  TER Haute-Normandie animé par son directeur Jean-Christophe Foucrit, 

 

  Des clefs pour les réseaux apprenants animé par Sophie Haldebique qui a réalisé son stage de Master 2 en psychologie sociale du travail auprès de Thierry Raynard.

 

  Région de Paris St-Lazare co-animé par Sabrina Haye et Karima Hocine, consultantes internes.

 

A noter les videos réalisées par la Chaire ESSEC du changement, qu’on peut trouver sur son site, en cliquant ici.
A noter aussi 2 videos de présentation des réseaux apprenants mises en ligne sur YouTube par la SNCF:

 

 

 

ANNEXES